Madame de Ménerville, née Fougeret

‘La petite colonie de Doësbourg était très unie; le pays était superbe, la vie facile et bon marché.

Nous nous flattions de passer tranquillement l’hiver dans cet asile hospitalier; les progrès de l’armee française nous enlevèrent cet espoir’. 

> Terug